L'ARTISTE PLASTICIEN dans sa formation classique

pratique toutes sortes de dessins, la peinture, le modelage (terre), la sculpture (plâtre et pierre, et différents types de gravure. Il suit des cours d'histoire de l'art et vistite les musées dEurope.

On peut tout de même être un bon plasticien sans passer par cette formation. Cela dépend aussi de la situation géographique.

 

Le coeur de son activité est le travail d'esquisses réitérées en quête d'orientation. Dans ce coeur il s'agit moins d'un savoir-faire que d'une attention soutenue au moment de l'esquisse qui est très très bref et passe si facilement inaperçu.

Les savoir-faire artisanaux qui entourent ce centre d'activité essayent de rester le plus simple possible. En effet plus on se charge de technique, plus on s'éloigne du moment de l'esquisse.

Les connaissances en histoire de l'art et tout les concepts qui s'y rapportent sont paradoxalement un handicap majeur.

 

Quand on voit mieux ce que recouvre le mot esquisse, on comprends que certains se sont penchés vers le dessin d'enfant ou vers les arts bruts.

 

Il n'en reste pas moins que l'on peut tout à fait espérer

de nouveaux développements de façon plus élaborée.

Beaucoup de productions actuelles font croire à du génie et ne répondent qu'à des critères de facile exécution et d'étonnement social : le ludique, l'inutile, le néant, l'absurde.

Cette brutalité commerçante s'évaporera au moment où, mieux documenté  pour comprendre les mécanismes du système nerveux on découvrira combien tout cela est précis et sensé.

 

L'ARTISTE PLASTICIEN utilse essentiellement ses mains pour modeler des matières dans différents modes de représentation. Mais plutôt que de volume ou de plan, il exerce sa sensibilité à l'espace l'environant . Il devient au fond une espèce de corps sensible aux harmoniques des espaces  où il se déplace et imagine de façon insistante comment accentuer ces harmoniques, ou diminurer les disharmonies.

Sans lui, l'architecte ou le paysagiste ou l'améngiste ne font que décider des structures minérales et végétales.

L'artiste plasticien travaille à partir de ces structures et dans le meilleur des cas, l'aménagiste l'aide à modifier même les structures, créant ainsi une nouvelle situation beaucoup plus riches en harmonies.

 

L'idéal sera quand des équipes seront reformées pour améliorer par petites interventions l'environnement.

On y verra des collaborations beaucoup plus organiques entre les différentes fonctions de l'espace, la finalité étant le bien-être de tous.

Du point de vue de l'art, il manque actuellement une véritable technique permettant de travailler sur les noeuds harmoniques en relation avec les courbes de vieillissement des matériaux.

  • w-facebook
  • Twitter Clean
  • w-googleplus